Huit ONG nationales appellent à marcher ce vendredi avec un Million d’Algériens

UN MILLION DE MANIFESTANT  CONTRE LE 5EME MANDAT ATTENDU AUJOURD’HUI 01 MARS 2019 EN ALGÉRIE

Posté par le Team du Department Politique de Serrai Invest Capital Ltd Londres (Amel Hamraoui)

Huit organisations non gouvernementales algériennes  expriment leur totale adhésion aux manifestations de vendredi à travers tout le pays.Ces organisations expliquent pourquoi il faut marcher contre le cinquième mandat et pour le changement tout en insistant sur la vigilance pour garder le caractère pacifique de ces manifestations populaires.

Parmi ces organisations, il y a la LADDH, RAJ, Djazaïrouna, Tharwa Nfatma Nsoumer et FARD. Elles estiment que durant des années «le système de gouvernance en place a géré les libertés par l’interdit, l’étouffement, la répression et la fermeture de tous les espaces d’organisation, d’expression, de manifestation pacifique et de médiation qui ont fini par affaiblir et laminer les associations, les syndicats, les organisations socioprofessionnelles et les partis politiques». Ces organisations assurent qu’aucune frange de la société n’a été épargnée, particulièrement les femmes, les jeunes, les étudiants, les journalistes, les enseignants, les artistes, les intellectuels, les chômeurs, les travailleurs…Saluant la mobilisation historique du 22 février qui marque un tournant en faveur de l’aspiration du peuple algérien au changement démocratique et pacifique, ces acteurs de la société civile expriment par leur appel leur soutien indéfectible à ce mouvement populaire et dénoncent toute forme de répression le visant.

Ces organisations se disent être «interpellées» par la gravité de la situation et lancent un appel «urgent» à une large mobilisation et à l’implication de toutes les forces vives de la nation au niveau local et national pour accompagner et porter ce mouvement contre le 5ème mandat de Bouteflika. 

Elles considèrent par là même que les élections présidentielles du 18 avril 2019 ne peuvent constituer une solution à la crise. «Bien au contraire, leur maintien dans un tel climat serait un danger pour le pays», affirment-elles, relevant l’urgence d’amorcer un véritable processus de changement démocratique, pacifique, concerté et inclusif, garantissant le respect des libertés individuelles et collectives».

Après que 08 ONG insiste que Bouteflika ne devrait pas avoir un 5ème mandat  Emmanuel Macron convoque immédiatement son ambassadeur à Alger

D’après les médias français ce soir  a 00:04 du 1 Mars 2019 , l’Elysée est en alerte rouge depuis une semaine. Selon le Nouvel Observateur, qui cite ce matin une source de l’Elysée, «le président Macron suit de très près les manifestations».Pour se tenir informé régulièrement de l’évolution de la situation, la même source révèle qu’il a fait faire l’aller-retour dans la journée de mercredi à l’ambassadeur de France à Alger.

«Le Président suit personnellement et de très près ce qui se passe en Algérie. Non seulement il lit tous les rapports diplomatiques sur le sujet, mais – fait très inhabituel – il a téléphoné lui-même mardi [26 février] à l’ambassadeur de France sur place [Xavier Driencourt] pour connaître son appréciation de la situation. Il lui a également demandé de venir d’urgence au Quai d’Orsay pour informer le ministre, Jean-Yves Le Drian», indique le Nouvel Obs qui précise qu’ «hier, mercredi [27 février], le diplomate a fait l’aller-retour Alger-Paris très discrètement».

Pourquoi accorder une attention aussi particulière aux manifestations contre le cinquième mandat, s’interroge le média français ? «Rien de ce qui se passe en Algérie n’est indifférent pour la France et donc pour le Président», indique la source du Nouvel Obs. Et de poursuivre : «Les enjeux pour nous sont considérables. Avec l’Algérie, nos liens historiques, économiques, politiques, sécuritaires sont très importants. La France a des intérêts sur place, elle abrite aussi une forte communauté algérienne et franco-algérienne. Pour nous, la stabilité de l’Algérie est donc un enjeu majeur, compte tenu notamment de la proximité géographique et des liens humains entre les deux pays. Et puis, il y a l’enjeu sécuritaire, y compris sur le plan régional. Nous avons besoin d’une coopération avec l’Algérie pour la lutte contre les groupes terroristes dans le Sahel.»

Categories: Uncategorized

Categories